Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/02/2008

Sarko centré...

Dans moins d'un mois, nos villes auront de nouveaux conseillers municipaux. Partout en France les équipes s'organisent pour cette élection qui est, dit-on, la préférée des français et des françaises. Je dis bien partout. Mais pourquoi donc les journaux et les télés ne s'intéressent qu'à ce qui se passe à Neuilly-sur-Seine ? Sans rire, une petite ville bourgeoise aux portes de Paris, qui, à part le non respect de la loi SRU sur sn territoire, ne doit pas avoir beaucoup de problèmes.

Certes, notre Président bling bling y a été élu pendant des années, et l'on peut se demander qui va lui succéder. Certes le désaveux de la population envers son poulain parachuté peut-être interprété contre une grosse claque à son encontre.

Mais une fois ceci dit, je ne vois pas pourquoi nous ne faisons qu'en parler. Sarko s'est déplacé en Guyane pour y parler environnement, orpaillage clandestin, développement de petits villages amérindiens (et néanmoins Français), mais à la télé personne n'en a parlé. Tous les journalistes n'ont cessé de le questionner sur la situation de Neuilly. Heureusement que Poudre m'a tenu au courant pour savoir ce qui allait se passer en Guyane...

Ne nous méprenons pas. Je ne supporte pas notre Président, son mariage secret, ses aventures de cul, ses sautes d'humeur et je souhaite que son parti se plante aux élections.

Mais je pense que l'on pourrait aussi parler des programmes pour les municipales dans les banlieues plus déshéritées. Et oui, Villiers le Bel n'existe pas qu'à l'occasion des émeutes. Il y'a aussi une vraie vie, avec des vrais gens. Certes, les habitants ne ressemblent pas à ceux de Neuilly, habillés dernier cri, coupe de cheveux fashion, jeunes fils et filles à papa... surtout Jean, le fils de Sarko, qui m'a donné envie de jeter ma télé par la fenêtre tellement ses paroles sonnaient faux, comme celles de son père.

J'ai vraiment le sentiment que notre monde est définitivement Sarko-centré et ça me file les glandes...

 

Commentaires

yep, bienvenu dans la politique spectacle, qui fait ses serviettes hygièniques avec les idéaux des autres et son papier cul avec leurs programmes. "Les vrais gens" n'ont pas d'argent et ne sont pas intéressants... le contrat de mariage Sarko-nation est très clair: séparation des biens votre Horreur, et je signe en bas de la page, en toute discrétion. Du pain et des jeux, la gloire des puissants, l'inexistence du Tiers... cela ne te rappelle rien?

Écrit par : L'Elephant | 12/02/2008

"Sarko-centré" je suis bien d'accord, mais aussi, comment éviter d'en parler ? Que sommes-nous justement en train de faire, sur ton blog, sur le mien, et sur ceux de plein d'autres copains ? A l'époque du succès de "Loft Story", j'abhorrais tellement tout ce battage médiatique que je fermais mes yeux et mes oreilles à tout ce qui y avait trait, et je ne participais à aucune conversation sur cette LoftConnery. C'était très difficile mais c'était possible malgré tout. Maintenant, si l'on parle élections, on parle Sarko, si on parle économie et pouvoir d'achat, on parle Sarko, si on parle international et Europe on parle Sarko, et inévitablement on vire à l' "actu people" parce qu'à chaque fois sa vie intime et les affaires du pays sont savamment mêlées en un doucereux ragoût. C'est pas que la faute des médias d'ailleurs, lui il est hyperfort (il faut bien lui reconnaître ça) pour mélanger artistiquement les genres, et faire que l'un déborde sur l'autre. Ca nous transforme tous en Sarko-névrosés qui parlons la Sarko-langue. C'est hyper-chiant et je me demande sérieusement comment en sortir, de cet abominable cercle vicieux...

Écrit par : lancelot | 13/02/2008

Oui mais tu vois les Français commençent à s'en rendre compte enfin..

Écrit par : Filsdelarepublique | 13/02/2008

comme souvent l'essentiel est ailleurs, pas à la télé ni dans les journaux, mais chez ceux et celles qui essayent de faire vivre la démocratie du terrain et pas celle d'en haut qui n'intéresse que journaux et télévision.

Écrit par : ami | 13/02/2008

Les commentaires sont fermés.