Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2008

Départ ?

Lundi 18 février. A cette heure-ci nous devrions être en train de bronzer, cul nus, sur la plage, aux Canaris. Mais suite au coup de stress de vendredi, nous ne sommes pas partis. Mon zom avait eu des résultats d'analyse sanguins pas très jolis jolis qui laissait supposer un foie pas très joli non plus.

Vendredi, à 18h, pour un avion qui décollait à 22 h, j'ai appelé l'agence de voyages, pour lui communiquer mon numéro de dossier et lui signaler l'annulation. Elle clique sur son ordi, me fait le rappel du voyage : "alors, vous deviez partir du 15 au 23 à Las Palmas, et... mais le 15, C'EST AUJOURD'HUI ! " dit-elle en hurlant !

Il est difficile de décrire l'état dans lequel nous étions vendredi soir, alors que nous défaisions nos valises. La déception de vacances qui tombent à l'eau, des vacances tant attendues, surtout par zom, qui n'avait pas eu 15 jours de vacances depuis des lustres, et, qui, s'il trouve un nouveau boulot bientôt, ne pourra pas en avoir d'autres avant un an... Tous nos préparatifs, nos achats, nos discussions sur ce que nous allions faire, plouf, envolées en quelques secondes...

Mais à côté de ça, il y'avait le stress de ces analyses sanguines pas bonnes. Le stress qui vous colle à la peau, qui fait que la lumière qui brillait dans l'oeil de mon futur vacancier de zom a disparu pour laisser la place à de grosses cernes tristes. Le stress qui m'envahissait aussi mais contre lequel je luttais pour ne surtout rien laisser transparaître, pour être fort.

Samedi, à 7 heures, retour au labo pour une nouvelle piqûre, puis glandouillage toute la journée... Mis à part les séances de surfing sur ces sites à la con que tout bon hypocondriaque connaît : doctissimo, masanté ... et qui nous ont retourné le cerveau. Je me disais que non, tout ceci n'était pas possible, mais quelque part, on se dit que ça n'arrive pas qu'aux autres. Et je parle en connaissance de cause. Je connais bien ces moments, ces instants, durant lesquels tout change et plus rien n'est comme avant. Ces moments où quelques mots prononcés par un toubib nous font plonger dans un monde inconnu et qu'on n'aurait jamais envisagé.

Bref, un week-end très triste, avec, malgré tout, une crêpe-party pour égayer le tout.

Puis ce matin, une échographie, et tout va bien de ce côté là. Puis cet après-midi, les résultats des analyses manquantes : pas de méchante maladie. Et d'un coup, on respire. C'est con, mais une fois les méchantes maladies écartées, on se sent mieux. On culpabilise d'avoir envisagé le pire. Mais bon sang, qu'est ce qu'on respire. Il reste encore des résultats en attente. Ces sales résultats doivent bien venir de quelque part.

En attendant, pendant que je tapote ici, mon zom est à la recherche d'un week-end prolongé au soleil.

A côté de ça, mon papa, qui a des soucis avec son bras gauche et ses doigts, refuse de se faire opérer. Pour faire court, il ne peut plus les bouger. Mais, têtu comme une mule, alors que le rendez-vous avec l'anesthésiste avait été fait et que le coup de bistouri qui aurait dû lui redonner ses mouvements été prévu pour demain, il annule tout. Ma foi, je lui ai dit ce que je pensais, mais maintenant, c'est sa décision... Je lui ai aussi signifié que je ne voulais plus l'entendre se plaindre.

Je relis cette note avant de la publier, et je la trouve confuse. Difficile d'exprimer sur un clavier tout ce qui s'est passé pour nous en un week-end. Je me demandais si j'allais ou non en parler sur ce blog, mais réflexion faîte, j'ai décidé d'écrire ces quelques mots pour me permettre de me vider la tête d'une part, et aussi pour vous remercier ceux qui ont laissé des petits messages gentils, ceux qui m'ont appelé, ceux qui m'ont mailé. Merci.

 

Commentaires

Rassurée de voir que tout va pas trop mal.
C'est quand même plus important que les vacances, vous pourrez re-partir un peu plus tard.

Écrit par : La Girafe | 18/02/2008

Ah, tu vois !
Suis bien content pour vous deux, PetiTom... oufff.... Soulagé qu'il est le Lancelot...
Enfin je comprends tout de même la triistesse de l'annulation du départ en vacances. Mais des vacances au soleil, il y en aura d'autres. (Sur Montpellier, par exemple...?) Un foie, on n'en a qu'un...
Tu nous (me) tiens au courant, hein, pour les tests complémentaires...?
Gros bisous à tous les deux

Écrit par : lancelot | 18/02/2008

Eh ben je suis soulagé aussi pour vous deux !!!
Bisous

Écrit par : Mouse54 | 18/02/2008

Je trouve que tu as une belle façon de raconter en toute simplicité ta vie : tes soucis, tes interrogations, le bon, le moins bon et surtout tout cet Amour qui transparait dans tes mots pour celui que tu aimes. Confus ou non : who cares !? Donne des (bonnes) nouvelles stp ;-)

Écrit par : Nicolas | 19/02/2008

soulagement... et content pour vous.

pourtant parfois, la mauvaise nouvelle est pourtant bien là au bout... alors il faut eviter d'aller se faire peur et mal avec ces sites de santé...

pour ton père, je crois que certaines similitudes serait peut être du a une génération? un mode de vie? une éducation...

Écrit par : The 6L20 | 19/02/2008

Pfff attend c'est pas parce que on téléphone et on maile que FORCEMMENT ceux qui ne le font pas ne pense pas à vous. Pfff ben moi je pensais à vous mais j'attendais de voir les résultats. Et j'ai bien fais tiens. Pfff merci de rien wé!
Pfff Moi je pense à vous tout le temps alors.

Écrit par : Poudre en Guyane Ralounou | 20/02/2008

Any, réfléchis pas plus, t'as eu raison d'en parler, y'a rien de confus, en plus. L'histoire d'angoisses qui montent, deviennent irrationnelle, parce qu'on est ainsi fait et qu'on préfère envisager le pire. J'espère que la destination au soleil est trouvée. Je vous embrasse.

Écrit par : Oh!91 | 21/02/2008

Tant mieux si les résultats sont bons ! Et préparez vous un superbe week-end !

Écrit par : Philoo | 22/02/2008

Les commentaires sont fermés.