Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/05/2008

Apostasie

Apostasie. Voilà un mot que j'ai découvert récemment. En fait, il s'agit de la démarche publique par laquelle on renonce à une religion. Un blogueur m'a glissé cette idée à l'oreille après que j'ai ici raconté combien je ne me retrouvais pas dans l'Église.

Et aujourd'hui, j'ai vécu une expérience tout aussi déroutante. J'ai assisté, avec zom, à la profession de foi de sa cousine. Le curé était carrément plus rétrograde que tout ce que j'ai pu voir jusque là. Mais bon, a delà de ça, j'ai beaucoup réfléchi à la démarche même de la profession de foi. Le jeune réaffirme publiquement son attachement à la religion et son engagement dans la foi qui a été amorcé par son baptême. Tour à tour, les 18 jeunes ont dit au micro qu'ils continuaient le chemin de la foi initié par leur baptême.

Mais moi, plus j'écoute les curés, plus j'observe les prises de position du pape, et moins je me retrouve dans cette foi. Je ne peux pas me retrouver dans une religion qui dit que tut est amour mais qui ne veut pas reconnaître mon amour à moi, et pire, me catalogue comme pêcheur.

J'ai été baptisé quand j'avais un mois. Je ne sais pas pourquoi aussi tôt. Ma grand-mère paternelle était très pieuse, mais aux antipodes de ce que l'on peut s'imaginer quand l'on parle d'une vieille catho. Pas intégriste, ouverte, pleine d'amour... Je pense que ce sont ces valeurs qui sont les miennes. Mais ne sont-ce là que des valeurs catholiques ? Faut-il obligatoirement avoir fait son catéchisme pour partager ces valeurs d'aide, de main tendue...

C'est là que je me perds. Je déteste l'Église, en tant qu'institution, avec son clergé, ses codes, ses icônes, ses mimiques... Je déteste qu'une Institution qui se veut avant tout religieuse s'immisce dans la vie publique et politique, avec des prises de position aussi rétrogrades que dangereuses sur les capotes, l'homosexualité...

C'est pour toutes ces raisons que je suis tenté par cette démarche d'apostasie, de renoncement à mon baptême. J'ai envie de dire, en tant qu'adulte libre et doté de raison, je fais un choix. J'en parle un peu autour de moi et les réactions sont très contrastées. Certains me comprennent, d'autres, bien que non pratiquants, sont choqués. Sans doute est-ce là un peu de superstition...

D'un autre côté, même si je ne le partage pas, ce baptême est un héritage, un choix qui a été fait pour moi, par des gens qui m'aiment... Puis-je dans ce cas là respecter le choix de mes parents et grands-parents en conservant cette identité qu'ils m'ont conféré sans pour autant me sentir obliger d'y adhérer...

Voilà dans quels méandres se perdent mes pensées ces temps-ci... Difficile pour moi d'y trouver des réponses...

 

Commentaires

J'ai eu de très longues années de réflexion (et d'autres de "je m'en foutisme) mais j'ai fini par faire acte d'apostasie. Prends ton temps.

Écrit par : 1loup | 17/05/2008

J'ai moi aussi été baptisée dès la naissance (mais à l'époque il était normal de le faire dès la naissance de l'enfant) et je t'avouerai que je me contre fiche d'être baptisée. Je trouve que les religions sont sectaires, égoïstes et rétrogrades et trop souvent responsables de guerres et de malheur. ALors pas besoin pour moi de faire acte d'apostasie, j'ai laissé de côté la religion et ce qui va avec.

Écrit par : Valérie de Haute Savoie | 17/05/2008

J'y ai longtemps pensé. D'abord je ne voulais vexer mon parrain qui était le curé qui m'a baptisé, ça compte. Et puis maintenant... ça me semble lourd de démarches. Peut-être pas. Même si ça serait aussi lourd de sens, je penche un peu du côté de Valérie. Sans doute par fénéantise aussi.

Écrit par : Olivier Autissier | 17/05/2008

Les gens de ton entourage seraient-ils choqués si tu décidais de ne plus adhérer au parti politique de ton choix ? Eh bien, c'est la même chose concernant la religion. On doit y adhérer en tant qu'adulte consentant et éclairé, et non pas obligé dès la naissance.

En ce qui me concerne, j'ai fait acte d'apostasie avant de m'assumer complètement en tant qu'homosexuel. Je me devais de le faire car je n'ai toujours pas exorciser les vieux démons de la guerre civile d'Espagne. Je ne comprends toujours pas pourquoi l'Église a soutenu le camp du mal, celui des franquistes ayant assassiné des innocents. Mon grand-père en a bavé à cause de ça.
Qui plus est, j'ai honte du génocide amérindien et de la traite des Noirs dont mes ancêtres ibériques sont coupables. Le tout fut soutenu et encouragé en son temps par les cléricaux, malgré la controverse de Valladolid.
Alors le Vatican ne saurait me donner des leçons de morale; ils feraient mieux de se regarder dans une glace avant de prêcher la bonne parole !

En tous les cas, faire acte d'apostasie n'est pas une démarche compliquée surtout si l'on fait intervenir la loi en notre faveur (cf. loi informatique & libertés de 1978 de la CNIL). Je peux te donner tous les conseils si tu souhaites. Car je suis officiellement un apostat depuis janvier dernier.

Écrit par : Dark Angel | 18/05/2008

Tu poses une sacrée question (si j'ose dire) !
Si elle peut paraître sans importance (de savoir si tu es ou non dans l'Elgise aujourd'hui en France n'est pas une information hyper interessante), elle contient cependant ta définition de la vie et ton regard sur l'humanité.
Comment vois-tu la vie? Comment vois-tu l'homme? Penses-tu que la réligion et en particulier le catholicisme (je crois qu'il s'agit de ça) te donne toutes les clés pour comprendre le monde dans lequel tu vis et pour t'imaginer des lendemains que l'on espère tous meilleur? Si c'est le cas alors ta demarche n'a pas de sens...
Mais si tu penses, que tout n'est pas qu'amour et je suis de celles et ceux qui le pense (l'Eglise fait decidement tout pour ecarter la raison de l'esprit des hommes), si tu penses qu'une institution d'homme ne peut pas, ne doit pas avoir le monopole de la bonne pensée, si tu crois qu'une société a besoin de débats, au lieu d'une morale retrograde et imposée d'en haut, alors ta demarche signifie quelque chose.
C'est ton choix, c'est ta liberté, tu es le seul maître du sens à donner à ta vie...

Certains de mes proches sont dans la Réligion, d'autres ont décidé d'en sortir en se faisant rayer des registres de l'Eglise... La demarche des uns vaut la demarche des autres, l'important il me semble c'est d'avoir pour première préoccupation l'irréductible humain, et de se savoir toujours Libre dans ses actions, ses pensées, et ses comportements.

Écrit par : Petit Beur | 18/05/2008

J'ai fait cette démarche il y a une dizaine d'années, démarche qui me semblait aussi évidente qu'essentielle. Evidente parce que je ne crois pas en Dieu. Essentielle parce qu'en tant qu'homo, je ne tolérais pas le discours de l'Eglise sur la question, entre autres. J'ai dû garder longtemps la réponse du curé.
Maintenant, je ne suis pas certain que l'on puisse reprocher à l'Eglise ses positions, dans la mesure où celles-ci sont - quoi qu'on en pense - cohérentes. Par exemple, on ne peut pas reprocher à l'Eglise de lutter contre la capote, l'homosexualité ou l'avortement dans la mesure où elle se réfère à la bible ("croissez et multipliez") et qu'il est dans sa raison d'être de maintenir des valeurs - par nous jugées archaïques - mais supposées assurer la stabilité de l'humanité. On ne peut pas reprocher à l'Eglise de préférer une humain mort tout prêt à rejoindre Dieu dans un état de relative pureté (ou en tout cas de contrition) à un humain vivant - mais dans le péché. Par contre, ce qu'on peut contester, c'est ses axiomes. En sortant de l'Eglise, on lui signifie qu'on ne reconnait pas/plus sa construction de l'univers et on lui dénie le droit de nous juger avec ses valeurs. C'est déjà pas mal !

Écrit par : christophe | 18/05/2008

Je te conseille "L'évangile selon Pilate " un livre de Marc-Emmanuel SCHMITT ,tres court à lire et ..et je dis rien parce qu'il faut que tu le lises :)

Écrit par : bab | 18/05/2008

heu c'est ERic -Emmanuel SCHMITT et pas marc-emmanuel.....jsuis dans le pâté

Écrit par : bab | 18/05/2008

et puis oui , juste pour dire qu'on peut partager des valeurs chrétiennes , d'amour , de respect etc..celles là même que partageaient ta grand-mère ,sans se reconnaitre dans les rites et "l'aristocratie" chrétienne..tu vois ske je veux dire...mais lis le livre et je pense que tu vas beaucoup aimer :))

Écrit par : bab | 18/05/2008

Il y a aussi une autre solution, celle que j'ai choisie, changer de culte.
On peut tout à fait être chrétien et ne pas se reconnaître dans la papauté, ses dogmes et ses canons. On peut tout simplement aller discuter avec un pasteur, et assister au culte. Le pas est sauté, on reste chrétien, le baptême catho est reconnu par les protestants, on communie si on s'en sent prêt.
Alors, certes, les Réformés ont aussi leurs limites, de la même façon qu'il existe, Dieu merci, des cathos tout à fait ouverts et au libre-arbitre pleinement assumé quant à la papauté. Mais si on précise que les émissions de Présence Protestante à la télé le dimanche sont présentées par Stéphane Lavignotte, par ailleurs grand théoricien français de la Théologie Queer, et pasteur dans le 18ème, on voit que les limites des protestants sont lâches et permettent franchement de se sentir bien dans l'Eglise réformée de France !

Écrit par : Franck | 18/05/2008

J'ai eu, moi aussi, une période où je voulais renoncer à mon baptême. Mais à quoi bon? Ce n'est pas parce que je suis baptisé que j'ai mes entrées au paradis ou même dans une église. Je suis profondément contre l'Eglise, en tant qu'institution, et contre les discours. Mais, comme le dit Christophe, ils sont cohérents avec eux-mêmes. J'ai des valeurs, sans doute issues de notre morale judéo-chrétienne, mais elles sont pour moi plus universelles que chrétiennes. Nous avons été baptisés à une époque où y'avait encore la pression de la famille, des grands-parents surtout, alors n'y voyons qu'un acte pour "faire plaisir", au delà d'un acte religieux! Ca aide à relativiser!! ;-)

Écrit par : Andesmas | 19/05/2008

Anydris, je trouve que tu poses là une sacrée bonne question. J'ai pour ma part décidé de faire comme suggère Valérie : rien. Genre je m'en fout.
Mais il est vrai que l'apostasie est tentante : il faudrait alors qu'elle fasse un peu de bruit, qu'elle soit un acte militant en faveur de la capote, de la contraception en général, de l'homosexualité etc...

Écrit par : ouam-chotte | 19/05/2008

L'apostasie est un acte qui de mon point de vue donne de la valeur au baptême. C'est antinomique quelque part.
Ignorer tout simplement le baptême est, il me semble plus cohérent.

Écrit par : Marcel | 21/05/2008

Il n'y en a qu'un qui défendra l'égise catholique ici ? J'ai beaucoup voyagé, foulé des endroits bibliques et finalement, j'ai compris que tout était beaucoup plus relatif qu'on en le pense.

Les discours du Pape sont... pour la foule et pour la presse.

Autour de lui, il y a plein de courants comme en politique : des libéraux, des conservateurs, des réactionnaires.

J'ai rencontré beaucoup de prêtres, de frères absolument incroyables. Ils avaient tous la même foi en la vie, et beaucoup d'amour à donner. Ils souriaient tout le temps.

Et pis, tant qu'à choisir, mieux vaut pour un homo l'église catholique que le whahabisme ou le chiisme : officiellement, nous sommes des brebis égarées. Pas des bêtes à tuer.

Écrit par : panama | 21/05/2008

Les commentaires sont fermés.