Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/06/2008

Pour une école sans discrimination

Le thème de la marche des fiertés de cette année est "Pour une école sans discrimination".

Affiche2008-small.jpg

Ce thème rappelle la circulaire de rentrée 2008. Tous les ans, en fin d'année scolaire, nous recevons la circulaire de la rentrée suivante qui annonce les priorités que l'on doit mettre en oeuvre pour l'année à venir. Cette année, la circulaire de rentrée, dans l'artcle 9 dispose :

"Lutter contre toutes les violences et toutes les discriminations, notamment l’homophobie
 

L’école doit offrir à tous les enfants des chances égales et une intégration réussie dans la société. Sa mission est donc aussi de promouvoir l’égalité entre les hommes et les femmes, de permettre une prise de conscience des discriminations, de faire disparaître les préjugés, de changer les mentalités et les pratiques. Au sein des établissements, une importance particulière devra être accordée aux actions visant à prévenir les atteintes à l’intégrité physique et à la dignité de la personne : violences racistes et antisémites, violences envers les filles, violences à caractère sexuel, notamment l’homophobie.
Par tous les moyens, prévention et sanction, la lutte contre la violence dans et autour des établissements demeure une priorité absolue."

Quand j'ai lu cette circulaire, je me suis d'abord dit : "Wouaouh ! Enfin le ministère qui se décide à faire quelque chose ! En voilà une idée qu'elle est bonne !"

Puis je l'ai relue en me concentrant (ben oui, je sais, c'est pas bien, mais j'avoue que souvent les circulaires, je les lis en diagonale tellement c'est chiant...)

Alors le ministre il me rappelle ma mission. Je dois "promouvoir l'égalité...pour changer les mentalités et les pratiques." OK, rien de neuf sous le soleil. Puis, j'apprend que l'an prochain, dans mon établissement, "une importance particulière devra être accordée aux actions visant à prévenir les atteintes... notamment homopob[es]." Et enfin, "par tous les moyens, prévention et sanction, la lutte contre les violences demeure une priorité absolue".

OK. heureusement qu'ils emploient le mot "demeure" parce que sinon on aurait pu croire que jusque là l'école était une zone de non droit où les élèves étripaient les profs et pouvaient s'insulter en toute impunité. Ouf, l'honneur est sauf !

Donc, voilà pour la relecture expliquée et commentée de cet article. En résumé, la seule et unique nouveauté, c'est que pour la première fois, le terme "homophobie" est employé. Mais ça ne va pas plus loin.

Il faut rappeler que pas plus loin que l'an dernier, l'homophobie n'était pas reconnue à l'école. Il y'a un logiciel qui s'appelle SIGNA (maintenant c'est CIVIS), dans lequel chaque bahut recense les actes de violence commis à l'école. Cela va de l'insulte au lancer de projectile, viol... etc... Les catégories sont très strictes et il est parfois ardu de signaler un fait de violence car il ne rentre pas dans une case. Bref, ce logiciel est là pour savoir comment va l'école. Et pour chaque acte, on doit préciser s'il a été commis avec une connotation particulière comme "antisémite", "raciste", "sexiste", "sous la menace et la contrainte"... Mais pas plus. L'an passé, j'ai mis à la porte quelques jours un élève qui avait traité un prof de "sale pédé". Puis j'ai voulu le signaler sur le logiciel et dans la catégorie "connotation", j'ai cherché la case "homophobe". Ne la trouvant pas, j'ai envoyé un mail au Rectorat qui m'a dit qu'il fallait utiliser la case "sexiste". Mouais. C'est pas que je nie l'existence d'insultes et actes sexistes, mais un "sale pédé" et un "grosse greluche", c'est pas la même chose.

Lutter contre l'homophobie à l'école, c'est louable. Mais il reste une question, et de taille : "comment ?". Quand je cherche sur internet des kits pédagogiques pour aborder ce thème, je tombe sur des sites québécois. En classe, j'imagine mal faire un cours "spécial homophobie"... Bien sûr cette notion est abordée, mais quand le programme le demande, par exemple en Éducation Civique Juridique et Sociale, ou en histoire avec la seconde guerre mondiale. Dans les bahuts du secondaire, il y'a aussi ce que l'on appelle les Comités d'Éducation à la Santé et à la Citoyenneté. Dans cette instance, on réfléchit autour de projets à mener, d'exposition, de manifestations à organiser, pour travailler autour de la citoyenneté et de la santé. Mais là, je dois dire qu'on sèche sur l'homophobie. Je suis désolé, certains me trouveront lâches, mais je me vois mal dire à une classe comme ça, de but en blanc, que les homosexuels sont des gens comme les autres. Ne vous méprenez pas, ils sont comme les autres (je serai bien con d'avancer le contraire), mais à mon sens, c'est trop l'affiche, une sorte de coming out détourné. Et ça, ben j'ai pas envie.

Nous allons sans doute détourner ceci en faisant appel à Amnesty International, pour parler des gays en Iran ou en Syrie (rappelons que le président syrien vient à Paris le 14 juillet), de la loi de 1981 dépénalisant l'homosexualité... Tout ça pour provoquer une réaction, une réflexion, et, pourquoi pas, un débat.

Bref, tout ça pour dire que, si les intentions sont louables, la mise en pratique s'avère difficile...

Pour la ptite histoire, hautetfort me souligne en rouge le mot "homophobe" et me propose "homophone..."

Commentaires

Microsoft fait la même chose, il souligne homophobe et propose homophone !!

Écrit par : Olivier Autissier | 23/06/2008

Je connais des associations qui jamais ô grand jamais, ne mentionne la question de l'homosexualité ou de la protection contre le sida dans leurs projets éducatifs alors qu'elles "s'occupent" des jeunes comme des citoyens en devenir. Notamment les associations qui accueillent des jeunes dans les centres de loisirs. Faudrait pas que les familles s'offusquent que leurs adolescents "pensent" à des choses relatives à leurs sexualités. ET CA! CA M'ENERVE!!

Test homophobe ! c'est ok pour FireFox.

Écrit par : MarcelD | 23/06/2008

Je suis bien d'accord avec toi concernant le "coming-out détourné". Il n'en est évidemment pas question. L'idée de l''intitulé d'un cours ou plutot, d'un débat "les homos sont des gens comme les autres" me fait rire. Mais en même temps, ce serait pareil pour un débat contre le racisme "les Juifs, les Arabes, sont des gens comme les autres" : c'est tout aussi ridicule comme intitulé.
Même si c'est (un tout petit poil, mais c'est pas bien grave) hypocrite, l'idée de faire naître le débat sur la condition des homos en Iran ou en Syrie me paraît intéressante et, même si c'est un prétexte, cela peut aussi servir à informer, et à choquer, avant de revenir sur ce qui se passe chez nous.
T'as pas à culpabiliser. Tu cherches à agir sans pour cela te "jeter en pâture" (ce qui n'est pas ton rôle d'ailleurs). C'est très bien comme ça, à mon sens.

Écrit par : lancelot | 23/06/2008

Je propose un voyage éducatif à tes élèves sur le thème de l'homosexualité. Ben ouai, les voyages forment la jeunesse !
Destination : la Belgique ou les Pays-Bas. Ils découvriront que les beaux mecs là-bas n'aiment pas que la moule et savourent bien volontiers des frites chaudes :-P

Écrit par : Dark Angel | 23/06/2008

J'ai déjà deux amis profs hétéros (bon lui un peu bi) qui m'ont parlé de la circulaire; deux avis contrastés:
Elle, prof de maths en collège, me dit qu'elle a déjà du mal à faire la leçon quand des mots style pédé, enculé, tafiole sont balancés, et qu'elle aurait les parents à dos si elle dissertait didactiquement sur le sujet.
Par contre lui, prof de français en lycée, ne voit pas ce que ça change pour lui. Il dit aborder régulièrement la question depuis des années et que la discussion démarre toujours à partir des élèves, dès qu'il parle de Shakespeare, Rimbaud, Verlaine, Aragon, Gide, Proust...et qu'il a toujours pour premier argument: "si on enlevait du programme les écrivains qui aimaient les hommes, vous n'auriez pas grand chose à réviser pour le bac, et si vous alliez au Louvre dans la Grande Galerie, il n'y aurait plus beaucoup de toiles".
Il n'a jamais eu aucun problème pour faire passer le message.
C'est vrai aussi qu'il est prof dans un bahut du 5ème arrdt, pas dans un lycée pro de banlieue, et que en s'aventurant dans le domaine culturel, il y a peu de risques.
Tout ça me donne une idée: mes deux amis ne se connaissent pas, je vais les faire se rencontrer pour causer de ladite circulaire, mais pas que de ça quand même, il ont un point commun, l'amour de l'opéra
(au fait c'est pas si éloigné que ça comme sujet de conversation...).

Écrit par : Bambino | 23/06/2008

(Je n'ai pas pris le temps de lire les autres commentaires)

Il existe de nombreuses associations qui viennent dans les écoles pour parler d'homosexualité et homophobie. Tu pourrais aussi t'adresser à elles pour les faire intervenir dans votre établissement :-)

Écrit par : Jarod_ | 25/06/2008

Concernant tes questions relatives à la circulaire, je viens de lire un long post du 25.06.08 que j'ai trouvé très pertinent.
Je ne sais pas faire le lien direct avec un blog, alors voici son adresse:
WWW.orpheusonline.com/blog/

Écrit par : Bambino | 25/06/2008

Les commentaires sont fermés.