Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2008

Rocco ?

En ce moment, au lycée, ce sont les inscriptions et réinscriptions pour l'an prochain. Pendant ce temps là, la vie scolaire est en ébullition. Entre les procédures d'affectation, les dossiers à envoyer, les parents à recevoir, les dossiers à vérifier... Il faut compter une douzaine de documents par élève. Des papiers partout, le bordel. Pour moi, qui suis une Bree Van de Kamp en puissance, si je ne me crée pas un ulcère avant la fin du mois, ça sera bien !

 Sur la feuille de renseignements généraux, on demande :

Nom :...................

Prénom...............

Date de naissance.............

Sexe.......................

Et ainsi de suite...

Cela peut paraître très bête que l'on demande le sexe de l'élève, mais à mon lycée, il n'y a pas que des Coralie, Benjamin Matthieu et Sophie, dont on peut aisément savoir si la personne a une paire de couille entre les jambes ou pas à la seule évocation du nom.

Nous, on a beaucoup de prénoms étrangers, et franchement, parfois, c'est difficile de savoir si l'élève est un garçon ou une fille si on ne l'a pas sous les yeux.

Tout ça pour dire que aujourd'hui, j'ai eu un dossier, ainsi complété : (les prénoms ont été modifiés bien sûr...)

NOM : BETA

Prénom : Rocco

Date de naissance : 15/12/90

Sexe : 17 cm.

Voilà voilà ! Quand je vous dit que mes élèves sont super intelligents !

19/06/2008

Arrêt sur image

Photo001.jpg

 

Le soleil semble décidé à pointer le bout de son nez, la France est éliminée, les vacances approchent, je suis de plus en plus amoureux...

J'aime bien ma vie en ce moment !

17/06/2008

Défouloir

MA COLLEGUE EST UNE GROSSE C...

MA COLLEGUE EST UNE GROSSE C...

Ok, ça ne sert strictement à rien, mais ça fait du bien. De l'entendre minauder au proviseur dans son bureau "je suis la seule à travailler à la vie sco, je fais mon boulot de façon excellente et j'aimerais que vous le disiez aux autres...", j'ai du me retenir pour ne pas débarquer dans le bureau, l'étrangler, lui couper la carotide et la jugulaire...

Demain, explication de texte. Je pense que ça va saigner. Faut pas me chauffer, je suis déjà chaud bouillant. Allez, encore une fois : MA COLLEGUE EST UNE GROSSE P....

Ahhhhhhhhhh, ça fait du bien !

Ajoutons à ça deux heures et demi pour aller au travail ce matin (train supprimé) et deux heures pour en rentrer (train supprimé encore)

Sinon, le merdeux qui m'avait "importuné" à la gare il y'a deux semaines est revenu ce soir. Pour me dire "au lycée, il y'a des règles hein ? Ben ici à la gare, il y'a d'autres règles : on ne croise pas les bras quand je suis sur le quai." A part ça, ça c'est bien passé, on a discuté de son frère, de sa soeur, de sa maman...

J - 24 avant les vacances.

09/06/2008

135+400+450+...

Juste comme ça, vous n'auriez pas une idée pour arrondir les fins de mois ?

Non, parce que ce mois-ci, j'ai payé un PV à 135 €, j'ai une couronne à 400 € (je l'ai choisie en céramique, j'ai fait mon coquet) et ma voiture a eu la bonne idée de lacher les roulements davant et le bloc de frein arrière. Et d'après Monsieur Speedy, j'en ai pour 400 et quelques euros. Je vais aller voir Monsieur Norauto mais je doute que d'un coup de baguette magique il me dise "vous en avez pour 50 euros et je vous offre le café en plus !"

Et puis, comme je suis un boulet et que ça faisait un bail que ça ne m'était pas arrivé, j'ai paumé mon chéquier. Je suis un pro pour ça. Je ne connais qu'une seule personne qui puisse rivaliser avec moi, Sof'. Bon, d'habitude, je me les fais voler mes chéquiers. Avec la CB et les papiers d'identité qui vont avec. Là, j'ai été petit joueur, seulement le chéquier, et je ne sais pas si je me le suis fait voler ou si je l'ai paumé. Donc, hop hop hop, une tite opposition, avec la question habituelle sui tue : "Quel est le numéro du dernier chèque que vous avez fait de votre main ?" Moi, benoîtement, je demande commentle savoir. Elle, connement, me répond : "c'est inscrit sur le talon du chèque..." Et moi, poliment, je lui répond : "Mais connasse, le talon du chèque, il est sur le chéquier !"

Quelqu'un de normal ferait les comptes, noterait immédiatement sur un calepin ou dans un quelconque programme informatique le numéro du chèque, la date, le montant... Pas moi. J'assume.

Donc, tout ça pour dire que je suis preneur de toute bonne idée pour un peu d'argent de poche, et à mon avis, je ne serai pas le seul...

Dans la limite de la décence et de la morale, cela va sans dire...

08/06/2008

Des moules en tout genre

Photo002.jpg

 

Et voilà, c'est maintenant, dimanche, à 20h30 que le soleil pointe le bout de son nez. De la provoc moi je vous le dit. Durant ce week-end, presque que j'ai failli ressortir mes pulls dis donc ! Et mes tongs, moi je les mets quand ???

Aujourd'hui, 12h30, à gare du nord, en sous-sol, pour aller prendre le métro. Mon regard est attiré par une jeune femme, plutôt en vrac, assise sur le sol, adossée au mur, la jupe relevée. En face d'elle, un homme, allongé sur le sol à plat ventre. Intrigué par leur position, je regarde plus précisément... Horreur et damnation, mes pauvres yeux ! Aïe ! Le monsieur était en train de pratiquer une caresse intime avec ses doigts dans le dedans de madame. Si si je vous jure, à gare du nord, en pleine journée ! Trop pour mes pauvres yeux...

Cette moule (excusez ma vulgarité mais vous allez comprendre) était le prélude à d'autres moules, plus fraîches celles-là, et que j'ai dégustées volontiers. Surtout qu'elles étaient en fait accompagnées de gambas, poulet, riz, safran... Bref, vous l'aurez compris, nous sous sommes régalés d'une paella home made ! Qu'elle était bonne... ça change de mes innovations culinaires infructueuses... Ben quoi, je pensais que les courgettes et les merguez, ça pouvait très bien se marier dans une tarte... Tout le monde peut se tromper !

 

Gracias para la paella !

22/05/2008

Attention photo cochone !

Harissa est un chaud lapin...

Voilà plusieurs jours qu'il grimpe sur Yasmine et prend cet air béta, la gueule ouverte, les pates figées en l'air... J'espère que dans ces moments là e n'ai pas l'air ausi con...

Et puis qui sais, peut-être que bientôt j'aurais des oeufs de tortues !

27045220.jpg

20/05/2008

Langue de Pute

Un de mes blogueurs chouchou me l'a dit (va-t-il se reconnaître ?) : je suis très langue de pute...

C'est pas ma faute, je suis très potin, commérage, ragots... Mais attention, jamais dans le sens négatif du terme hein... je ne dis pas de mal des gens. Maintenant, quand j'ai un truc à dire, je me force à le dire. Avant, j'étais de ceux qui se taisaient, qui ravalaient leur rancoeur, en se disant que le temps allait faire son effet... Maintenant, je dis. Même que jeudi dernier, en pleine réunion avec le Proviseur et plein de collègues, je lui ai fait remarquer ses incohérences, et j'ai publiquement dit mon agacement. Même que j'ai un peu levé le ton, un peu beaucoup même. Même que le Proviseur, il m'a fait comprendre que je le levais un peu trop. On en a reparlé après. Il m'a avoué que s'il s'était emporté face à mon emportement, il avait tout de même apprécié que je me révolte, que je dise ce que j'avais à dire.

Pour revenir à ma languedeputification, j'ai commencé à languedeputifier à l'époque où j'étais pion. Un de mes collègues (une copine soit dit en passant), aimait à débarquer à la vie sco en criant "RLP RLP !!" (Radio Langue de Pute). Et nous arrivions tous pour connaître le dernier potin : quel élève sort avec quel autre, quel élève a rompu avec quel autre...

Mais j'ai trouvé plus fort que moi en languedeputification. Ma concierge. La gardienne de mon immeuble est très doué pour ça. S'il y'avait des JO de languedepute, elle serait la grande gagnante, la prêtresse incontestée. Par contre, pas très douée pour ce qui est du coup de balai ou du travail. Jamais, je dis bien jamais je ne l'ai vu bosser. A chaque fois elle discute avec les locataires, appuyée à son balai, la clope au bec qui pendouille pendant qu'elle languedeputifie. On lui dit bonjour, elle nous dit le reste. Je lui demande si je peux avoir les nouvelles clefs du local à vélo, elle me répond que non, pas encore, les ouvriers n'ont pas encore changé la serrure, "ces espèces de branleurs, qui font rien que picoler... Tiens, l'autre jour, je les ai vus hein, déchaussés dans leur camionnettes, la bière à la main... vous croyez vraiment que c'est comme ça que le travail avance ?". Et des fois, quand elle a vraiment envie de languedeputifier, elle chope le premier venu pour balancer ses méchancetés. "M. X ! Je voulais vous demander, est-ce que vous êtes incommodés vous aussi par les odeurs de nourriture qui sortent de l'appart' du rez-de-chaussée ? Parce que des fois, vraiment, ça pue hein... Moi, je n'en peux plus, l'odeur de la cuisine antillaise, vraiment, c'est insupportable ! Et je ne sais pas combien ils sont là dedans, mais j'ose à peine imaginer la saleté..."

Et moi j'ose à peine imaginer ce que je dois prendre sur moi et mon zom... Quelque chose du genre "Rôôôô, les pédés du troisième..."

Sans déconner, cette vipère, au lieu d'entretenir son cancer du poumon, elle ferait mieux de bosser. Voilà trois semaines qu'une ampoule est morte sur le palier du premier étage. Pratique de descendre les escaliers dans le noir. Moi j'adore, surtout quand je suis chargé. J'aime me prendre les pieds dans une marche et me vautrer de tout mon long. Alors à la concierge, je lui ai dit que l'ampoule était HS. Mais la pauvre, c'est pas de sa faute, c'est l'office qui ne lui donne pas le matériel... Ben voyons.

M'enfin... pour continuer sur ma lancée, même si 'est pas de la dance, ça me rappelle l'époque où j'avais de l'acné :


podcastBabylone Zoo, Spacemen

17/05/2008

Apostasie

Apostasie. Voilà un mot que j'ai découvert récemment. En fait, il s'agit de la démarche publique par laquelle on renonce à une religion. Un blogueur m'a glissé cette idée à l'oreille après que j'ai ici raconté combien je ne me retrouvais pas dans l'Église.

Et aujourd'hui, j'ai vécu une expérience tout aussi déroutante. J'ai assisté, avec zom, à la profession de foi de sa cousine. Le curé était carrément plus rétrograde que tout ce que j'ai pu voir jusque là. Mais bon, a delà de ça, j'ai beaucoup réfléchi à la démarche même de la profession de foi. Le jeune réaffirme publiquement son attachement à la religion et son engagement dans la foi qui a été amorcé par son baptême. Tour à tour, les 18 jeunes ont dit au micro qu'ils continuaient le chemin de la foi initié par leur baptême.

Mais moi, plus j'écoute les curés, plus j'observe les prises de position du pape, et moins je me retrouve dans cette foi. Je ne peux pas me retrouver dans une religion qui dit que tut est amour mais qui ne veut pas reconnaître mon amour à moi, et pire, me catalogue comme pêcheur.

J'ai été baptisé quand j'avais un mois. Je ne sais pas pourquoi aussi tôt. Ma grand-mère paternelle était très pieuse, mais aux antipodes de ce que l'on peut s'imaginer quand l'on parle d'une vieille catho. Pas intégriste, ouverte, pleine d'amour... Je pense que ce sont ces valeurs qui sont les miennes. Mais ne sont-ce là que des valeurs catholiques ? Faut-il obligatoirement avoir fait son catéchisme pour partager ces valeurs d'aide, de main tendue...

C'est là que je me perds. Je déteste l'Église, en tant qu'institution, avec son clergé, ses codes, ses icônes, ses mimiques... Je déteste qu'une Institution qui se veut avant tout religieuse s'immisce dans la vie publique et politique, avec des prises de position aussi rétrogrades que dangereuses sur les capotes, l'homosexualité...

C'est pour toutes ces raisons que je suis tenté par cette démarche d'apostasie, de renoncement à mon baptême. J'ai envie de dire, en tant qu'adulte libre et doté de raison, je fais un choix. J'en parle un peu autour de moi et les réactions sont très contrastées. Certains me comprennent, d'autres, bien que non pratiquants, sont choqués. Sans doute est-ce là un peu de superstition...

D'un autre côté, même si je ne le partage pas, ce baptême est un héritage, un choix qui a été fait pour moi, par des gens qui m'aiment... Puis-je dans ce cas là respecter le choix de mes parents et grands-parents en conservant cette identité qu'ils m'ont conféré sans pour autant me sentir obliger d'y adhérer...

Voilà dans quels méandres se perdent mes pensées ces temps-ci... Difficile pour moi d'y trouver des réponses...

 

16/05/2008

Je bouge mes fesses, à défaut d'avoir des dents



Ce matin j'ai rendu visite à ma copine, que j'avais pas vu depuis bien longtemps. Ma copine la dentiste. Elle était contente de me voir ! Je vais lui faire un gros gros chèque, pour une couronne toute belle. Voilà des mois qu'elle essayait de m'extorquer ma thune avec cette couronne. Mais moi, je résistais, je luttais, avec un amalgame tout aussi bien et remboursé par la sécu. Mais mon amalgame, lui, n'a pas résisté à la nougatine de la pièce montée du mariage du week-end dernier. Très chic d'essayer de retirer de sa bouche un bout de plastique, une coupette de bubulles à la main, tout en gardant un air digne et détaché.

Puis j'ai fait une surprise à mon zom. Je suis allé acheter des places pour les nuits de feu à Chantilly.Vous ne connaissez pas ? Bah, c'est sûr, c'est pas Madonna ou Mika (que je vais voir aussi), mais c'est chouette aussi, du moins pour ceux qui aiment les feu d'artifesse. Il s'agit d'un concours international de pyrotechnie, dans les jardins du château de Chantilly, dans l'Oise. Pique-nique dans l'herbe, puis spectacle céleste, dans les jardins du Château Renaissance. Il y'a deux ans, quand je lui avais offert ce cadeau, je lui avais organisé une chasse au trésor, les billets étant finalement cachés heu... enfin, bien cachés quoi.

Et là, je vais lire vos proses, entre deux pas de danse. En préparant une brocante (je vide mon grenier, enfin, ma cave plutôt), j'ai retrouvé mes vieux albums de dance des années 90's. Je m'éclate... je danse, chez moi, en voiture, je les connais par coeur. Ce qui est pas mal quand on voit à quel point les paroles sont recherchées, comme The rhythm of the night de Corona... vous vous souvenez ?

Allez, pour les nostalgiques comme moi :

495709283.jpg
podcastCorona, The rhythm of the night

 

 

 

364791841.jpg

podcastLa Bouche, Sweet Deams

 

 

 

577888297.jpg

podcastMo-Do,  Eins, zwei, Polizei

(heu, à l'époque, j'craquais un peu pour le chanteur...maintenant, beaucoup moins...)