Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/08/2008

Mais qu'estce que je me fais chier...

Mais qu'est ce que je me fais chier bon sang...

Je rentre quelques jours dans le sud chez mes parents pour les voir, faisant fi de mes réticences, essayant de voir les engueulades à table avec un oeil indulgent... et hop, vlà ti pas qu'ils décident de se barrer quelques jours en vacances eux aussi...

Non mais je vous jure, me voilà en charge de la garde de la maison familiale, de l'arrosage du jardin (heureusement, il a plu il y'a deux jours, ça devrait tenir...)...

Mes amis d'enfance travaillent, ou sont par monts et par vaux, et me voilà seul comme un plouc...

Je tue le temps avec WebTarot, un logiciel de Tarot (comme son nom l'indique...) mais j'ai le sentiment de devenir un vieux con aigri qui s'énerve derrière son PC parce que je me suis fait bouffer le petit... remarque, c'est belle maman qui sera contente quand elle verra les progrès que j'ai fait au tarot !

Les JO, c'est sympa, mais j'avoue que je complexe un peu à les regarder, même si je sais que le fait que je sois devant l'écran ou non ne changera pas radicalement la face du monde...

La relecture pour la 124 ème fois de ma collec' d'Astérix, de Tintin, Mafalda... ça occupe, mais je pourrais presque les réciter à force...

Puis, à 18 heures, c'est secret Story. Oui je sais, je suis tombé bien bas.

Donc, sur ce, je vais innover, et me suicider au chocolat. Avant de partir ma mère m'a rempli le placard de truc à base essentielle de chocolat, cacao et autre graisse végétale que c'est trop bon. Heureusement, je ne suis pas diabétique.

14/08/2008

X

Merci Lancelot de m'aider à surmonter la torpeur qui m'envahit durant mes vacances sudistes en me faisant participer à ta chaîne coquine. bon, il est vrai que j'aime bien le principe des chaînes...

Alors le thème de cette chaîne, c'est "si vous étiez"... Ce que je trouve plutôt bizarre car certaines questions ne commencent pas du tout par "si vous étiez", mais bon, moi je ne suis pas contrariant, je fais comme on me dit de faire... Alors c'est parti !

1 ) Un sous-vêtement.

Bon, déjà, moi je ne suis quasi exclusivement que boxer. Ou alors, pour les slips, je tolère les aussiebums. Je n'aime pas les strings, les trucs transparents, en dentelle... J'aime les trucs de mecs quoi. pour tout vous dire, j'aime bien aussi les bons vieux caleçons amples, je trouve que c'est sexy et viril.

2 ) un sex-toy.

Ben là, je ne vais pas être original. je vais même peut-être décevoir, mais je n'aime pas les sex-toys. Les cock ring, je trouve ça moche, les autres trucs qui s'enfilent je n'aime pas non plus... Si vraiment il devait y avoir un ustensile, je dirais... des mouchoirs en papier. Ben oui, au moins, ça a un côté utile.

3 ) un phantasme.

Pffff.... Galère. Peut-être le phantasme des souches collectives après le sport... un phantasme que je n'ai pas assouvi, à la différence de certains blogueurs pour qui ceci  relève plus du banal que du phantasme...

Et dans un souci d'actualité, voici mon phantasme le plus récent :

lutteurs-christiphe-steeve-guenot.jpg

Les frères guenot, qui m'ont fait découvrir et aimer la lute greco romaine, avec une vraie préférence pour christophe, l'aîné :

christophe guenot.jpg

Me ferais retourner facilement moi...

4 ) Si je devais faire l'amour avec un animal.

Yerk ! Heu, là, vraiment, je ne vois pas... d'autre solution que de plagier Lancelot en m'imaginant coucher avec une bête du calendrier des Dieux du Stade. Quoique je n'ai pas acheté celui de cette année.

5 ) Si je devais te dire quelque chose à l'oreille pendant qu'on fait l'amour :

Pas besoin de mots, un soupir ou le bruit de baisers et de succion sur mon oreille et je décolle...

6 ) Si j'étais Clara morgane mais avec mon cerveau actuel.

Bon déjà pour tout dire, je ne la trouve pas si cruche que ça Clara Morgane... enfin, pour le peu que je l'ai entendue parler. Je ne sais pas quoi répondre car je n'ai aucune envie d'être une femme et encore moins une actrice porno... Quel serait l'avantage de ceci ? Avoir à mes pieds tous les hommes de la terre ? A quoi bon puisque moi-même je n'en serais plus un et donc, ce ne serait pas mon cerveau actuel de gay... Non, vraiment, là je ne vois pas l'intérêt... à part le compte en banque peut-être ?

7 ) Si j'étais une zone érogène.

Très clairement, en ce qui me concerne, le bas du ventre, entre le nombril et les poils pubiens. Je me souviens comme si c'était hier la première fois qu'un homme m'a caressé cette zone pour me mettre à l'aise... j'en ai eu des tremblements d'ailleurs plus proches des spasmes... Une véritable découverte.

8 ) Si j'étais un détail absolument irrésistible.

Un pantacourt qui laisse voir deux jolis mollets musclés et bronzés, qui se terminent par de beaux pieds virils glissés dans des tongs...

9 ) Si j'étais une morale sexuelle.

On ne vit qu'une fois. Le jour où on a compris et intégré ça, on a compris beaucoup de choses.

10 ) Si je me réveillais sans pénis ni vagin...

Heu... je me pince pour être sûr de ne pas être en plein cauchemar...

 

11/08/2008

Laure Manaudou

je suppose que je n'apprendrais rien à personne, sauf si vous êtes en vacances sur une île déserte, vous êtes au courant que Laure Manaudou n'a pas réussi à conserver son titre olympique en 400 mètres nage libre.

Tout le monde en parle. Tout à l'heure, un troupeau de journalistes ventripotents et gras du bide se proposaient de disserter sur "le cas Manaudou" pour comprendre pourquoi elle est arrivée dernière. Est-elle une starlette qui ne se préoccupe que des contrats publicitaires ? Est-elle une jeune fille qui ne pense qu'à ses histoires de coeur et de cul , est-elle une athlète capricieuse à entraîner ?

Sur le net, les titres des journaux sont du même acabit. " Manaudou en plomb ", "Manaudou coule "...

Voilà, on y est. En plein dedans. Dans ce travers typiquement français qui consiste à brûler ce que l'on a la veille adulé. A vilipander ceux et celles qui nous faisaient encore hier réver. Mais sans déconner, pour qui nous prennons nous est-ce qu'un seul de ces journalistes lipidiques pourrait aligner 50 mètres à la nage ?

Arrêtons le lynchage, arrêtons de critiquer ces athlètes qui malgré tout ne sont pas des robots et qui parfois échouent. c'est à cause de ce travers que je ne fais plus de sport en club et en compétition. Jusqu'à mon adolescence, je faisais du judo à un niveau honorable. J'aimais l'art du combat, la technique, la philosophie de ce sport. Mais tout ce que j'aimais a été détruit par les compétitions et le cérémonial qu'avait instauré notre coatch à chaque lendemain de tournoi. Si l'on avait réussi à décrocher une médaille, on se levait, et on était applaudi par les autres judokas, assis en tailleur autour du tatami. Si, par malchance l'on revenait bredouille, on se levait, accompagné des compagnons d'infortune, et on se mangeait un sermon couplé d'engueulades qui frôlaient les insultes. Du coup, j'ai rangé mon kimono et depuis, quand je fais du sport, c'est uniquement pour moi. Je déteste ce culte de la performance qui ne laisse pas de place à l'erreur, alors que l'erreur est par essence humaine et source de progrès.

Sur ce, je vou laisse, non sans vous laisser une tite photo. Moi je dis, certains athlètes, s'ils sonnaient à ma porte, c'est clair que je ne les laisserai pas sur le paillasson !

tony_estanguetportraitgrosplan_250.jpg
Tony Estanguet

24/03/2008

Citius, Altius, Fortius

Autant vous le dire tout de suite, je ne suis pas très sportif. Mais alors, pas du tout.

Petit, en cours d'EPS, durant le cycle d'endurance, je me faisais dispenser. Et, quand ma mère ne tombait pas dans le panneau de mes maladies imaginaires, je me cachais derrière les pancartes publicitaires qui entouraient le stade autour duquel nous devions courir, et j'attendais, recroquevillé, la fin du chrono de 20 minutes de souffrance auxquelles nous étions soumis. Je pense aussi à tous ces gadins que je me suis ramassé contre le cheval d'arçon que je devais enjamber après avoir sautillé sur un trampoline. Ce putain de cheval qui grandissait de deux mètres à mon approche. Du moins, c'est le sentiment que j'avais quand je m'étalais comme une crêpe dessus.

Je ne suis pas fan non plus du sport à la télé. Je ne suis pas du genre à beugler devant un match de foot, sport dont je ne maîtrise d'ailleurs que très peu les règles.

836368211.jpgA la limite, mon intérêt pour le sport s'éveille un peu et s'émoustille quand je vois actuellement les exploits d'Alain Bernard, nouveau recordman du monde du 100 mètres nage libre. Allez savoir pourquoi... 

Du coup, ça m'a donné envie de me remettre à la piscine. Je dis remettre car malgré tout ce que je viens de dire, j'ai fait partie d'un club quand j'étais jeune. Et j'ai même été vice champion de Midi Pyrénées en nage libre en je ne sais plus quelle année. Hier donc on est allés faire un plouf. Oui, je crois que le mot "plouf" convient tout à fait à ce que j'ai fait hier. Bien sûr, j'étais parti pour nager, mais après 8 longueurs, je ne sentais plus ni mes bras ni mes jambes. Enfin, au contraire, je ne les sentais que de trop.

 

 

 

 

Bref tout ça pour dire qu'actuellement je regarde à la télé la cérémonie d'allumage de la flamme olympique à la télé. Vous avez quelque chose de mieux à regarder vous, à la télé, un lundi férié ? Tout ce kitsch, ces gens parés de toges grecques, qui implorent les dieux de l'Olympe en grec ancien...

Si je ne suis pas sportif, je me sens au moins un minimum citoyen et en tant que citoyen, je me pose des questions sur le monde qui m'entoure. Et je suis très attaché aux droits de l'homme. J'ai un peu travaillé avec une association qui est chère à mon coeur : Amnsety International autour de la question de la peine de mort.

La devise des jeux olympiques, c'est "Plus vite, Plus Haut, Plus fort". Très bien. Je pense que jamais cette devise n'a été aussi inappropriée pour ces jeux de Pékin qui s'annoncent au mois d'août prochain.

La Chine... Ses nems, sa grande muraille, sa population grouillante, créative, qui s'ouvre au monde...

La Chine... qui nous a promis, depuis 2001 (année de l'attribution des jeux de 2008) une amélioration en matière des droits de l'homme sur son sol et qui nous annonce de beaux jeux.

Pour ce qui est des jeux, oui, sans doute. On les voit, les Chinois qui s'entraînent à applaudir, à crier, pour mettre de l'ambiance dans les stades.

Pour ce qui est des droits de l'homme, je ne suis pas sûr.

"Plus vite, plus haut, plus fort"...

2074515042.gif"Plus vite" dans la gestion de la crise au Tibet... Des Tibétains sur lesquels la police ouvre le feu, des Tibétains qui demandent une reconnaissance de leur culture et de leur chef spirituel et politique.

"Plus haut" : Oui, plus haut en ce qui concerne les stat' de la peine de mort... Saviez vous que 80 % des exécutions ont lieu en Chine ? Saviez-vous que la torture est aussi courante chez eux que le sont chez nous les contrôles d'identité au faciès ?

Saviez vous que, comme a pu le dire une ancienne candidate à la Présidentielle (que j'ai malgré tut soutenue), la justice chinoise est expéditive et souvent inéquitable ? Et qu'elle conduit donc de nombreux innocents en face du peloton d'exécution suite à des erreurs judiciaires ?

"Plus fort" : Oui, en ce qui concerne la répression de toute forme de contestation ou d'opposition au pouvoir en place. Des médias bâillonnés, des blogueurs poursuivis et emprisonnés, un internet surveillé et censuré, des journalistes et des avocats emprisonnés sans jugement. Un homme vient d'être condamné à 5 ans de prison pour avoir osé dire "nous voulons la démocratie, pas les JO". Imaginez-vous ce que certains auraient pu prendre chez nous à l'époque du "casse toi pov' con" et de l'affaire de la descente de police médiatisée à Villiers le Bel.

Je suis convaincu que toutes nos oppositions à ces jeux, nos pétitions, nos cris, n'y feront rien. Il y'a trop d'argent en jeu et c'est bien connu que nos vies valent moins que leurs profits.

Pour ceux et celles qui voudraient creuser un peu, voici la page spécial Chine d'Amnesty International, avec, en quelques clics, une pétition accessible. Parce que nous avons malgré tout la chance de vivre dans un pays où l'on peut (encore) s'exprimer librement, allez y faire un tour.